ESSAIS
Peugeot 301 restylée
Cure de jouvence
Dacia Sandero Stepway MIB
L’alternative
INTERVIEWS

Alain Sykora, DG de Luxury Motor Works (nouveau distributeur de BMW AG en Algérie)
« On vise l’excellence dans le service et la satisfaction clientèle »

FOCUS
Visite de l’usine Fuso en Inde
Le savoir-faire Daimler Dacia:
Le pari réussi du groupe Renault
Avec commentaire

14/11/2011
Nouvelle Yaris 1.3 VVT-i 100 ch
Prestations en hausse

 



Par Lyès Ibalitène

 

Avec cette troisième génération de la Yaris, Toyota assume pleinement le qualificatif « nouvelle »  de sa citadine après avoir opté pour une réinterprétation architecturale du véhicule.

Un dessin nouveau et neuf à la fois, à la mesure d’une voiture à vocation mondiale et à ambitions tournées surtout vers l’Europe où le constructeur nippon compte soigner ses volumes de ventes dans un segment très porteur. C’est d’ailleurs dans cette logique que la petite japonaise conserve sa réputation de « Française » dessinée par le studio de style Toyota de Nice et produite à Valencienne.

Parée d’un design qui marie élégance et dynamisme, la nouvelle Yaris met en évidence la nouvelle tendance stylistique de la prestigieuse marque nipponne. Le changement sans chercher à impressionner par le dépaysement à risques. Une démarche qui livre une face avant avec une calandre inférieure agrandie pour devenir dominante, alors que la calandre supérieure s’incurve et s’étire en largeur pour aller à la rencontre d’optiques horizontales aux yeux en amande. Une baguette inférieure chromée (sur la finition de notre essai) épouse la forme de la calandre supérieure, surplombée par le logo Toyota au centre. La partie inférieure du bouclier se distingue par une grande entrée d’air centrale. Plus bas, des projecteurs anti-brouillard font leur apparition chez la citadine.

Extérieur compact, intérieur spacieux

Même si elle gagne 10 cm par rapport à sa devancière, la Yaris de troisième génération évolue elle aussi dans la catégorie des citadines de moins de 4 mètres (3, 885 m). Elle conserve sa largeur de 1, 695 m alors que son empattement atteint 2,51 m après avoir glané 50 mm. Quant à la hauteur, elle baisse de 20 mm. Un moins qui se convertit en plus de sportivité pour le véhicule tout en abaissant le centre de gravité.

Sous ces volumes bien proportionnés, les porte-à-faux courts avant et arrière ont été respectivement rallongés de 35 mm et 15 mm seulement, et les passages de roue proéminents expriment stabilité, agilité et dynamisme.

Compacte de l’extérieur, la nouvelle Yaris fait preuve d’espace intérieur généreux qui met le conducteur et les passagers à l’aise dans leur assise et dans leurs mouvements. Le coffre n’est pas en reste puisque sa profondeur a été allongée de 145 mm et atteint 710 mm. Son volume total passe à 286 litres et à jusqu’à 768 litres lorsque les sièges arrière (fractionnables à 60/40) sont rabattus. Au passage, Toyota a supprimé la banquette arrière coulissante qui avait fait l’originalité de la génération précédente.

Le tableau de bord déménage

La nouvelle Yaris nous livre une planche de bord entièrement revisitée. Faite de plastique de bon acabit, qui rappelle celui de l’iQ, elle est traversée par un bandeau moussé qui se prolonge sur les portières. Mais la (belle) surprise, c’est certainement le tableau de bord qui a déménagé du centre de la planche de bord, où il était niché depuis la naissance de la première Yaris, pour aller prendre place dans l’espace qui lui est traditionnellement réservé et reconnu, derrière le volant. Cette nouvelle conception de l’intérieur participe à rendre la conduite agréable en faisant de l’ergonomie un atout principal au bénéfice du conducteur. Bénéficiant d’une assise confortable, ce dernier jouit d’un poste de conduite alliant bonne orientation et agencement symétrique

Le tactile emménage

Cette qualité d’intérieur visiblement en hausse introduite par la Yaris 3 va encore plus loin et plus haut avec l’introduction d’une interface tactile, inédite dans la segment B ( du moins pour les modèles commercialisés en Algérie). Disponible sur la finition Touch, cette interface couleur de 15 cm englobe un autoradio AM/FM, un lecteur CD/MP3, la connectivité Bluetooth pour téléphones mobiles compatibles avec lecture audio en transit, et la synchronisation automatique avec le répertoire du téléphone connecté. Un port USB permet de brancher des baladeurs ou un lecteur MP3, et de découvrir toute la musique qui s’affichera sur l’écran Toyota Touch.

Agile comme une Yaris

Connue pour être agile, la Yaris confirme sa réputation avec cette troisième génération. Elle la conforte également avec le bloc 1.3 VVT-i de 100 ch à 6 000 tr/mn pour un couple de 125 Nm à 4 000 tr/mn.  Un moteur qui n’a aucune peine à satisfaire les amateurs de conduite dynamique en se montrant largement apte à entraîner le poids léger de la Yaris (1 005 kg). Associé à une boîte manuelle à 6 rapports convenablement étagée, notre bloc répond présent aussi bien en ville que sur route et permet au gabarit compact der la voiture de prouver son utilité. Autrement dit, la nouvelle Yaris se montre maniable en conduite citadine et vivace sur route. Rassurante aussi grâce à des trains roulants qui ont fait leurs preuves chez l’Urban Cruiser et le Verso-S.

Du confort aussi à bord de cette citadine grâce à la qualité de l’amortissement et une insonorisation bien travaillée. Notez aussi que la citadine de Toyota est économique à la pompe.

Et pour que la sécurité soit pleinement présente dans cette troisième génération de la Yaris, le conducteur et les passagers peuvent compter sur l’ABS, le répartiteur électronique de la force de freinage EBD, l’aide au freinage d’urgence ou encore sur les airbags frontaux et latéraux.
La sécurité compose aussi avec un balai à pantographe qui est venu prendre place sur le pare-brise à la place des deux essuie-glaces connus sur les deux précédentes générations. Tout en réduisant des turbulences et en améliorant, ce balai nettoie le pare-brise sans gêner la vue du conducteur.

Conclusion : Tout le long de notre essai, la nouvelle Yaris n’a pas manqué d’attirer les regards, de susciter les curiosités et de faire poser des questions avec, au bout, un ravissement quasi-unanime qui se confond avec le désir d’acheter. Et la nouvelle Yaris mérite amplement qu’on l’achète lorsqu’on recherche du nouveau à valeur de neuf. Ou du neuf à valeur de nouveau.

Sur le même sujet: Toyota Algérie: La nouvelle Yaris à partir de 1 300 000 DA

Vos commentaires :


Unable to save captcha-image.