ESSAIS
Peugeot 301 restylée
Cure de jouvence
Dacia Sandero Stepway MIB
L’alternative
INTERVIEWS

Alain Sykora, DG de Luxury Motor Works (nouveau distributeur de BMW AG en Algérie)
« On vise l’excellence dans le service et la satisfaction clientèle »

FOCUS
Visite de l’usine Fuso en Inde
Le savoir-faire Daimler Dacia:
Le pari réussi du groupe Renault
Avec commentaire

14/05/2011
Usine automobile en Algérie : Les sous-traitants algériens mis en contacts avec Renault

Par Rachid Beldi

Les sous-traitant algériens exerçant dans l'industrie automobile ont été mis en contact avec Renault, dans le cadre du projet d’usine du constructeur français en Algérie, a indiqué jeudi, à l’APN, Mohamed Benmeradi, ministre de l’Industrie, de la PME et de la promotion de l’investissement. Ces contacts ont été établis dans le cadre de l’intégration locale (+de 50%) dans le projet, qui porte notamment sur la construction, en Algérie, de voitures de ce constructeur français.

« Nous avons mis en contact le constructeur français avec 70 sous-traitants privés nationaux pour faire, entre autres, la câblerie et la sellerie », a dit M. Benmeradi, non sans préciser que ces derniers « manquent de savoir faire et travaillent sans le respect des normes ». Le ministre ajoutera que son département est train d’accompagner ces sous-traitants dans le processus de certification. Il abordera, à l’occasion, la fabrication des carrosseries des véhicules qui seront produits par Renault. « Nous avons demandé à fabriquer les coques des véhicules Renault en Algérie et notre demande a été acceptée » a déclaré à e sujet le même responsable. « Nous voulons que la majorité de la production du projet Renault soit faite chez nous. Ce qui arrangerait, peut-être, les propriétaires de Renault, c’est de faire une usine de montage, mais la valeur ajoutée serait, dans ce cas, minime », a-t-il poursuivi, avant de révéler que l’Algérie a négocié la possibilité de fabriquer 150 000 moteurs par an, une demande qui n’a pas été respectée par Renault, ce dernier considérant que pareil projet ne peut être rentable qu’au-delà d’une production de 300 000 moteurs par an.

Vos commentaires :


Unable to save captcha-image.