ESSAIS
Peugeot 301 restylée
Cure de jouvence
Dacia Sandero Stepway MIB
L’alternative
INTERVIEWS

Alain Sykora, DG de Luxury Motor Works (nouveau distributeur de BMW AG en Algérie)
« On vise l’excellence dans le service et la satisfaction clientèle »

FOCUS
Visite de l’usine Fuso en Inde
Le savoir-faire Daimler Dacia:
Le pari réussi du groupe Renault
Avec commentaire

19/02/2011
Projet d’une usine automobile en Algérie : Les discussions à un stade avancé avec Renault, elles le sont moins avec VW



Les négociations avec le constructeur français Renault pour l'implantation d'une usine en Algérie sont « avancées », a affirmé samedi le ministre de l'Industrie, de la PME et de la promotion de l'investissement, Mohamed Benmeradi.
« Nous sommes, effectivement, en train d'examiner des offres de certains constructeurs automobiles. Les discussions sont avancées avec Renault et à un stade qui l'est moins avec Volkswagen », a déclaré M. Benmeradi dans un entretien à l'APS, à la veille de la visite (dimanche) en Algérie de Jean Pierre Raffarin, envoyé spécial du président français, avec lequel il est prévu la poursuite des négociations sur plusieurs projets industriels, notamment l'implantation d'une usine Renault en Algérie.

M. Benmeradi a rappelé dans ce sens les conditions sur lesquelles la partie algérienne a insisté lors de ces négociations, comme le taux d'intégration satisfaisant pour les produits nationaux, la participation conjointe dans la constitution du capital de l'usine dans les limites permises par le cadre législatif en vigueur et l'engagement d'aller à terme sur les marchés extérieurs. Selon lui, « Renault a confirmé son intérêt à voir le taux d'intégration croître à l'effet de réduire les coûts logistiques ». Pour ce faire « le concours des sous-traitants nationaux est de mise, ceux existants font ressortir un potentiel industriel à l'état embryonnaire qui nécessitera un accompagnement par des actions d'investissements supplémentaires », ajoute-t-il. « Il ne s'agit nullement d'une simple usine de montage, mais d'un projet de fabrication automobile, qui repose sur la croissance du volume du produit localement par la joint venture», rappelle encore le ministre. Une négociation, d'ailleurs, sur le niveau de participation en numéraire de Renault dans le capital de la société mixte est engagée dans le strict respect des nouvelles règles de partenariat édictées par l'ordonnance sur l'investissement (51%-49%), précise-t-il. En outre, le constructeur français devrait s'engager à intégrer le volet « export »' afin de satisfaire la condition édictée par la loi en matière de balances devises excédentaire, poursuit le ministre.

Par ailleurs, les pourparlers avec la partie française s'articulent autour de la question des avantages à accorder au projet dans le strict respect de ceux prévus par l'ordonnance relative au développement de l'investissement et des textes pris pour son application.

Résumant l'importance « de ce projet prometteur », le ministre a indiqué qu'il « s'agit d'un projet qui s'inscrit en droite ligne de la volonté des pouvoirs publics de diversifier, développer une nouvelle filière industrielle et une économie hors hydrocarbures en vue de contribuer sensiblement à la résorption du chômage ».

M. Benmeradi a en outre indiqué que son département examine des offres de certains autres constructeurs européens et asiatiques, estimant qu' « il y a de la place en Algérie pour plus d'un constructeur». A ce propos, il révèle que le groupe Volkswagen a marqué son intérêt pour réaliser un projet de montage en Algérie, mais les discussions avec ce constructeur sont «à un stade moins avancé que» celles engagées avec Renault.
A ce titre, des discussions préliminaires ont eu lieu le 2 novembre dernier avec le constructeur allemand, qui a procédé à la présentation sommaire de son projet d'investissement susceptible d'être inscrit dans la stratégie de développement du groupe automobile allemand en Afrique du nord. « La partie algérienne est en attente d'une proposition comprenant un business plan de la part du groupe dans les meilleurs délais' », a souligné le ministre, ajoutant qu'au stade actuel des discussions», il est prématuré d'en dire plus ».

Pas d’offre reçue de la Corée du Sud

Pour les constructeurs sud coréens, le ministre a précisé que jusqu'ici son département « n'a pas reçu d'offre émanant de ce pays », soulignant que « le marché algérien dispose de multiples atouts pour développer le volet exportation ».

Source APS

Vos commentaires :


 Ajouter un commentaire 
Votre nom:
Votre adresse email:
Commentaires ajoutés:
 
This is a captcha-picture. It is used to prevent mass-access by robots. (see: www.captcha.net)
 
Les commentaires doivent être civils et de bon goût, et ne doivent pas être malicieux ni offensants. Veuillez noter que les commentaires publiés ne reflètent que l'opinion de leurs auteurs.
Lire dans la même rubrique : Renault
 

> GMI : maintenance gratuite pour l’achat d’un Hyundai Mighty
> Citroën Algérie : le forfait vidange à 4 690 DA
> Sovac : 100 000 DA de remise sur la Golf Carat
> Peugeot Algérie : Bilan Hiver gratuit dans tout le réseau
> Renault Algérie : Portes ouvertes Carosserie
> GMI lance la campagne « Fleet Before Service »
> Diamal : révisions gratuites pendant une année ou 100 000 km sur le Fuso FJ

Exprimez-vous

Selon vous, la prolifération des revendeurs de véhicules neufs en Algérie est encouragée par l’attitude des :

Point de vue

Par Lyès Ibalitène

La faucheuse a encore sévi lourdement sur nos routes. Sans pitié. Cinq personnes, issues de la même famille, ont trouvé la mort lundi dans un accident de la  circulation à M’Sila. Cinq autres Algériens ...
Accueil | Présentation | Actualité | Essais | Interviews | Salons | Focus | Statistiques | Prix du neuf | Site map | contact