ESSAIS
Peugeot 301 restylée
Cure de jouvence
Dacia Sandero Stepway MIB
L’alternative
INTERVIEWS

Alain Sykora, DG de Luxury Motor Works (nouveau distributeur de BMW AG en Algérie)
« On vise l’excellence dans le service et la satisfaction clientèle »

FOCUS
Visite de l’usine Fuso en Inde
Le savoir-faire Daimler Dacia:
Le pari réussi du groupe Renault
Avec commentaire

02/01/2011
Volkswagen veut investir en Algérie


Par Rachid Beldi

Volkswagen veut investir en Algérie, a affirmé dimanche le ministre de l'Industrie, de la PME et de la Promotion des investissements, Mohamed Benmeradi, cité par l'APS. « Aujourd'hui, Volkswagen insiste beaucoup pour venir (investir en Algérie). Nous avons eu des échanges assez intéressants avec ce groupe », a indiqué M. Benmeradi lors d'une conférence animée au forum d'El Moudjahid. Il a souligné, dans ce contexte, qu'il s'agit du deuxième constructeur automobile étranger intéressé par le marché algérien, et qui se propose même de « considérer l'Algérie comme son pied d'appui pour le marché africain ».


Renault revient avec de meilleures propositions


Le ministre a, par ailleurs, fait savoir que « depuis six mois, le constructeur français Renault revient avec une meilleure proposition ». « Il (Renault) a examiné avec beaucoup plus d'intérêt les attentes de la partie algérienne. Nous attendons effectivement de l'investissement, mais pas seulement pour monter une usine de montage de véhicules », a-t-il précisé. « De ce point de vue, nous pensons aujourd'hui que le projet Renault est beaucoup plus acceptable pour nous », a-t-il estimé devant un parterre de cadres de son ministère et de chefs d'entreprises. « Dans un premier temps, Renault voulait venir uniquement avec son label et ses licences et pas d'investissement dans le capital. Sur cette question Renault est revenu avec de nouvelles propositions, qui nous paraissent intéressantes, y compris en terme de production », a-t-il ajouté. « Dans une première étape, Renault se proposait de monter une usine pour produire 50.000 véhicules par an. Aujourd'hui, il revient avec une proposition pour fabriquer 75.000 unités par an avec une gamme plus variée, qui est passée de deux modèles de véhicules (dans la première version) à quatre modèles », a-t-il fait savoir. Renault a même accepté, selon le ministre, « les conditions de l'Algérie relatives à un taux d'intégration progressif et à faire des engagements pour que ce taux augmente au fur à mesure de la réalisation du projet ».

Lors de la visite à Alger fin novembre dernier de M. J.P Raffarin, envoyé spécial du président français Nicolas Sarkozy, et chargé des questions économiques, le dossier de l'implantation d'une usine de Renault en Algérie, avait été abordé par les deux parties. M. Benmeradi avait alors souligné dans une déclaration à l'APS que « les détails de l'investissement ne sont pas encore arrêtés, mais le principe retenu lors des discussions entre les deux parties est d'arriver à produire 75.000 véhicules particuliers par an pour trois ou quatre modèles ».
Les discussions portent sur « la création dans une première étape d'une usine de montage, qui sera suivie dans une seconde étape par la fabrication de véhicules avec un taux d'intégration de l'industrie nationale de 40% étalée sur quatre ans », avait révélé le ministre. « Si les négociations aboutissent, l'usine sera implantée sur les sites de la SNVI », selon le ministre, qui a indiqué que Renault s'est proposé de « livrer ses véhicules au marché algérien d'ici à 2012 ».

Par ailleurs, M.Benmeradi a précisé lors du Forum d'El Moudjahgid que « Renault a accepté également que la partie algérienne soit associée à la commercialisation des véhicules produits par la future usine », a-t-il précisé. « Les français veulent aller très vite, les allemands aussi. Nous, nous prenons le temps d'examiner tous les aspects de ces questions », a-t-il conclut.

M. Benmeradi a indiqué, dans ce contexte, que le gouvernement vient de mettre en place un comité chargé de suivre les dossiers comportant les propositions de partenariat dans le domaine de l'automobile et le développement de ce secteur.

Le comité est composé de cadres relevant de différents ministères dont celui de l'Industrie, et également de représentants des sous-traitants algériens de la filière mécanique, ainsi que de responsables de la SNVI. Il (comité) a pour mission essentielle de mener les discussions avec les partenaires étrangers intéressés par le marché national de construction automobile, dont le français Renault.

 

Vos commentaires :


 Ajouter un commentaire 
Votre nom:
Votre adresse email:
Commentaires ajoutés:
 
This is a captcha-picture. It is used to prevent mass-access by robots. (see: www.captcha.net)
 
Les commentaires doivent être civils et de bon goût, et ne doivent pas être malicieux ni offensants. Veuillez noter que les commentaires publiés ne reflètent que l'opinion de leurs auteurs.
Lire dans la même rubrique : Actualité
 

> Renault Algérie : 120 000 DA de remise sur la Clio GT Line
> Citroën Algérie : des forfaits vidange à partir de 3 700 DA
> Ival/Iveco: remise de 25% sur la filtration et la vidange
> GMI : maintenance gratuite pour l’achat d’un Hyundai Mighty
> Citroën Algérie : le forfait vidange à 4 690 DA
> Sovac : 100 000 DA de remise sur la Golf Carat
> Peugeot Algérie : Bilan Hiver gratuit dans tout le réseau

Exprimez-vous

Selon vous, la prolifération des revendeurs de véhicules neufs en Algérie est encouragée par l’attitude des :

Point de vue

Par Lyès Ibalitène

La faucheuse a encore sévi lourdement sur nos routes. Sans pitié. Cinq personnes, issues de la même famille, ont trouvé la mort lundi dans un accident de la  circulation à M’Sila. Cinq autres Algériens ...
Accueil | Présentation | Actualité | Essais | Interviews | Salons | Focus | Statistiques | Prix du neuf | Site map | contact