Avec commentaire

Actualité

15/12/2016
Industrie automobile : Mokhtar Chahboub : A ce stade du SKD, pas encore d’économie de devises


La phase SKD est une étape incontournable dans création d’une industrie automobile en Algérie, mais il faut aller rapidement vers les autres phases que sont le CKD notamment pour ne pas se retrouver avec un produit en dessous du taux d’intégration locale recommandé. C’est ce que recommande Mokhtar Chahboub expert industriel et ex-PDG de la SNVI (Société nationale des véhicules industrielle.

Lors de son passage ce mercredi sur le plateau de la webradio RadioM, l'ex-PDG de la SNVI, Mokhtar Chahboub explique que le véhicule monté en régime SKD (Semi Knocked Down) revient plus cher que le CBU  (Complete Built-up Unit), c'est-à-dire un produit importé totalement monté.  Selon lui toutes les études montrent que le SKD revient plus cher que l’importation, mais cette phase est importante dans la phase de démarrage. « En général, la phase SKD a une durée de vie limitée », a-t-il toutefois ajouté.

Pour illustrer son propos, il a précisé que cette phase « primaire » profite d’un certain nombre d’avantages que le  code de l’investissement consent au projet -et qui restent limités dans le temps- pour mettre le produit à un prix compétitif.  « Donc si on ne monte pas vite en intégration, on risque d’aller au-delà du délai consenti pour bénéficier de ces avantages », a-t-il noté. Cela a pour conséquences, selon lui, de se retrouver avec un produit avec peu d’intégration locale. « Il faut limiter la phase SKD et aller vers les autres phases », a-t-il recommandé, citant notamment la phase CKD  (Completly Knocked Down)  puis aller vers plus d’intégration.

Selon lui, l’Algérie dispose d’industriels qui peuvent participer à ce processus d’intégration dans l’industrie automobile «  pour peu que les partenaires étrangers les assistent ».  Il en recense au moins une soixantaine notamment ceux figurant sur la liste de Renault Algérie Production qui n’avaient pas tous participé au processus d’intégration dans l’usine de Oued Tlélat.

« La mise en norme et au standard d’un cahier des charges très contraignant a freiné le processus d’intégration », a-t-il expliqué.

In Maghreb Emergent

 


Vos commentaires :


 Ajouter un commentaire 
Votre nom:
Votre adresse email:
Commentaires ajoutés:
 
This is a captcha-picture. It is used to prevent mass-access by robots. (see: www.captcha.net)
 
Les commentaires doivent être civils et de bon goût, et ne doivent pas être malicieux ni offensants. Veuillez noter que les commentaires publiés ne reflètent que l'opinion de leurs auteurs.

Lire dans la même rubrique :

17/11/2017:
12/11/2017:
11/11/2017:
10/11/2017:
09/11/2017:
06/11/2017:
06/11/2017:
05/11/2017:
04/11/2017:
27/10/2017:
27/10/2017:
27/10/2017:
25/10/2017:
24/10/2017:
14/10/2017:

Exprimez-vous

Selon vous, la prolifération des revendeurs de véhicules neufs en Algérie est encouragée par l’attitude des :


AUDI
BMW
CHERY
CHEVROLET
CITROEN
DACIA
DAIHATSU
FIAT
FORD
HYUNDAI
ISUZU
KIA
MAHINDRA
MAZDA
MERCEDES
MITSUBISHI
NISSAN
OPEL
PEUGEOT
RENAULT
SEAT
SKODA
SSANGYANG
SUZUKI
TOYOTA
VOLKSWAGEN
VOLVO TRUCKS
ZOTYE
Accueil | Présentation | Actualité | Essais | Interviews | Salons | Focus | Statistiques | Prix du neuf | Site map | contact