ESSAIS
Peugeot 301 restylée
Cure de jouvence
Dacia Sandero Stepway MIB
L’alternative
INTERVIEWS

Alain Sykora, DG de Luxury Motor Works (nouveau distributeur de BMW AG en Algérie)
« On vise l’excellence dans le service et la satisfaction clientèle »

FOCUS
Visite de l’usine Fuso en Inde
Le savoir-faire Daimler Dacia:
Le pari réussi du groupe Renault
Avec commentaire

11/04/2016
GroupeToyota/Algérie: Projets d’une unité de montage Hino, d’une unité de production de freins et d’une unité de montage de véhicules Toyota
La délégation de HINO avec les représentants de Toyota Algérie

Par Rachid Beldi

Les annonces de projets d’industrie automobile en Algérie se poursuivent. Cette fois-ci, c’est au tour de Toyota de venir renforcer la liste des nombreux prétendants à des sites de montage de véhicules dans notre pays. Le npremier constructeur mondial annonce d’ores et déjà deux projets qui pourraient être finalisés d’ici la fin 2016, selon un communiqué de Toyota Algérie.

Le premier projet concerne une unité de montage de camions Hino qui fonctionnera en SKD (Semi Knocked Down). Dans ce but « une délégation japonaise de haut niveau de Hino Motors Ltd a été accueillie récemment en Algérie », révèle le représentant du constructeur nippon, précisant qu’un accord de principe a été conclu avec Hino Motors LTD pour amorcer ce projet.

L’objectif de Toyota est d’atteindre une capacité de production de 2 000 camions par an, poursuit la même source. « Le camion de léger tonnage Hino série 300 fera partie de la gamme de cette nouvelle usine d’assemblage » ajoute encore Toyota Algérie.

Au programme des investissements de Toyota Algérie figure également un projet d’usine de fabrication de plaquettes de frein et de mâchoires de frein. Celle-ci sera lance à la fin 2016 pour produire, à terme, 200 000 unités et de 100.000 unités respectivement. « Cette seconde usine constituera à coup sûr la pierre angulaire de l’établissement d’un tissu de sous-traitance pour les pièces de l'industrie automobile algérienne », souligne Toyota Algérie.

Outre ces deux projets, Toyota Algérie est en discussion avec Toyota Motor Corporation au sujet d'un projet de montage de véhicules Toyota qui fonctionnera en SKD. Dans cette logique, « une étude est menée sur le marché automobile algérien afin de définir les modèles qui pourraient être localement assemblés.

« Avec le soutien de nos fabricants internationaux, l’objectif est d'apporter à notre pays toutes les ressources nécessaires pour mettre en place une économie plus productive. Nos investissements seront orientés dans cette direction et nous les voulons transversaux pour enrichir le réseau industriel dans le secteur automobile. En outre, cela nous permettra également de créer davantage d’emplois directs et indirects et de générer un transfert tangible de technologie et de savoir-faire vers notre pays », déclare Noureddine Hassaïm, DG de Toyota Algérie, non sans rappeler « l'importance pour le Groupe du développement économique en faveur duquel Toyota Algérie a constamment marqué son intérêt et n’a cessé d’y apporter sa contribution depuis sa création en 1993 ». dans cet ordre d’idée, le premier responsable de Toyota en Algérie rappelle le lancement, en 2004, du Centre de formation technique, « le premier de ce genre dans le secteur automobile, continue toujours à former de nombreux techniciens algériens ».

Vos commentaires :


Unable to save captcha-image.