Avec commentaire

Essais

13/12/2015
Renault Talisman
La réconciliatrice


Florence, Lyès Ibalitène

Bye bye Laguna et Latitude, bonjour Talisman ! Renault nous livre sa nouvelle berline du segment D, à l’appellation qui invite naturellement à poser la question suivante : « Talisman pour conjurer le mauvais sort ou bien pour éloigner le mauvais oeil ? ». « Ni l’un ni l’autre », nous rétorquera un responsable de chez le constructeur français. Ni l’un ni l’autre, mais peut-être aussi les deux à la fois.

Cela dit, avec Talisman, Renault n’a pas lésiné sur les moyens, ni sur les détails, pour afficher son ardent désir de refaire son entrée dans le haut de gamme, se ménageant toutefois de jouer la prétention d’aller remettre en cause la hiérarchie établie, voire sacrée, chez les berline de luxe.

Dans une étape marquée par une belle fournée de nouveaux produits, entre Espace, Kadjar et Megane, la Talisman vient s’installer dans le statut du nouveau vaisseau amiral de la Marque, avec la mission de  mener Renault vers de nouvelles conquêtes. Ou vers les conquêtes ratées par les défuntes Laguna et Latitude. Et dans son élan, Talisman semble avoir tout pour réussir la réconciliation entre le losange et le haut de gamme.

Grande, cossue et raffinée

Laurens van den Acker a encore frappé de sa touche et la nouvelle grande berline de Renault en profite pour se parer d’un style caractéristique et d’une identité esthétique forte et orientée vers le raffinement. Grande et cossue, Talisman a été travaillée dans le moindre détails. L’avant du véhicule se caractérise par une calandre chromée et fière accueillant en son centre le losange de la marque, un long capot nervuré qui muscle cette partie, des feux de jour à LED, des projecteurs LED Pure Vision (croisement et route) pour un éclairage naturel et une vision nocturne améliorée par rapport à des projecteurs halogènes, des flancs latéraux sculptés rehaussés d’une incrustation chromée sur l’aile l’avant, un profil enrichi par une troisième vitre de custode empruntée à l’univers des limousines, un jonc chromé soulignant avec finesse le contour du vitrage latéral, des passages de roues marqués suggérant robustesse et qualités routières, une surface arrière large et épaulée, des feux arrière à éclairage permanent avec guides lumineux à profondeur visuelle 3D.

Intérieur spacieux et hospitalier

Le ramage vaut le plumage. Talisman invite à un intérieur généreux d’espace et hospitalier par ses prestations, à commencer par les sièges bien maintenus et soignés pour le bien-être. Ceux de l’avant vous accueillent dans des dimensions généreuses et design qui suggère d’emblée le confort. Ils proposent10 voies de réglage ( (8 électriques, 2 manuelles), dont la longueur du coussin d’assise réglable sur 6 cm, d’un réglage lombaire électrique 4 voies (hauteur / profondeur), d’appuis-tête type « aviation » à 6 voies de réglage, d’un chauffage d’assise et de dossier, de la fonction ventilation à l’avant, d’une fonction massage réglable en type et en intensité (2 programmes / 5 séquences) et de réglages mémorisables selon 6 profils individuels.

Longue de 4,85 m (contre 1,87 m de large et 1.46 de hauteur) Talisman tire profit de cet atout majeur qu’elle verse au compte de l’empattement qui atteint les 2.80 m et sert l’habitacle en matière d’espace. Du coup, es placements d’éléments d’intérieur ne souffrent d’aucune exigüité et les aménagements offrent largement les espaces au niveau de la cellule à bord. Celle-ci dégage forcément du bien être. Les occupants, qu’ils soient à l’avant ou à l’arrière, en tirent profit et baignent dans la convivialité à longueur de kilomètres et de longs trajets.

La finition et les assemblages sont de très bon acabits, hormis les quelques petits plastiques qui reviennent comme une habitude difficile à abandonner. Le R-Link2 et son grand écran apportent de la magie à l’ambiance moderne. Quant à l’équipement sono Bose et ses 13 hauts parleurs, c’est tout simplement un pur bonheur pour les tympans et un adoucissement pour les mœurs sur certains tempos.

La générosité de l’habitacle du Talisman, ce sont aussi ces espaces de rangements à profusion qui se partagent un total de 25 litres et un coffre de 608 litres. Mais si le volume est apprécié à sa juste valeur presqu’à l’unanimité, sa modularité ne fait pas l’unanimité. Comprendre que le hayon est regretté chez ceux qui en usaient comme une cinquième porte sur la Laguna et faisaient de sa modularité un accès libéré pour aller chercher les objets perdus dans le fond de cet immense coffre.

Le 4Control vous guide

Pour notre essai du Talisman, nous avons eu droit aux deux blocs 1.6 TCe de 200 ch et 1.6 dCi de 160 ch. Les deux moteurs sont en rendez-vous, avec une mention spéciale pour le bloc essence qui étale son lien de parenté avec le turbo à injection directe de Renault Sport, faisant valoir une agilité à toute épreuve, sous bonne et sûre escorte d’une multitude d’équipements d’aide à la conduite issus de technologie de dernière génération dont notamment le système Multi-Sens qui associe le châssis 4Control (4 roues directrices) et l’amortissement piloté. Lequel système avait fait ses preuves sur la Laguna GT avant d’être reconduit aujourd’hui sur Talisman, Nouveau Espace et Nouvelle Megane. Comment fonctionne-t-il, dites-vous ? Tandis que le système 4CONTROL influe directement sur la dimension transversale du comportement du véhicule, l’amortissement piloté joue sur la dimension verticale. Il influe sur le ressenti et le “toucher de route”, ferme ou moelleux. Le dispositif d’amortissement piloté adapte en permanence la réaction des amortisseurs à l’état de la route, aux conditions dynamiques ainsi qu’aux actions du conducteur : braquage, changement de voie, accélération et freinage… Via l’électrovanne présente sur chaque amortisseur, Talisman analyse en permanence les conditions de roulage et ajuste sa réponse jusqu’à cent fois par seconde.

L’ingéniosité du pilotage de l’amortissement sur Renault Talisman réside dans son intégration avec le réseau de bord (CAN, Controler Area Network). Les informations sur la dynamique du véhicule en provenance de capteurs communs avec l’ESC sont totalement exploitées : vitesse de rotation des roues, angle volant, accélérations longitudinales et transversales, pression de freinage, couple moteur, assiette de la voiture.

 


Vos commentaires :


Unable to save captcha-image.