ESSAIS
Peugeot 301 restylée
Cure de jouvence
Dacia Sandero Stepway MIB
L’alternative
INTERVIEWS

Alain Sykora, DG de Luxury Motor Works (nouveau distributeur de BMW AG en Algérie)
« On vise l’excellence dans le service et la satisfaction clientèle »

FOCUS
Visite de l’usine Fuso en Inde
Le savoir-faire Daimler Dacia:
Le pari réussi du groupe Renault
Avec commentaire

27/04/2015
Usine Renault de Tanger : 250 000 véhicules en 2015

La production  du site Renault de Tanger devrait avoisiner les 250 000 véhicules en 2015 contre 174 245 en 2014, a déclaré à Usine Nouvelle Jacques Prost, directeur général de Renault Maroc. 
« La croissance est là. Vu du Maroc on perçoit bien que l’Europe est en train de repartir car le site travaille à 90% pour ce marché. La production en 2015 devrait avoisiner les 250 000,  c’est très positif! », a estimé le premier responsable de l’entreprise.
Selon lui, le deuxième Salon de la sous-traitance automobile qui se tient à Tanger constitue une occasion afin d’accélérer l'industrie automobile au Maroc. Il regrette que beaucoup trop de valeur dans les produits finaux des fournisseurs de l’usine à Tanger reste importée.

S’agissants des objectifs, Renault Maroc ambitionne de parvenir à 60% de valeur locale (intégration) pour l’usine de Tanger contre un peu plus de 40% aujourd’hui.  « Pour avoir une vraie compétitivité  automobile il faut le bon produit et la compétence du constructeur, ce que nous apportons mais aussi tout le reste, y compris une logistique aux coûts adéquats », a déclaré Jacques Prost. Pour cela, Renault a mobilisé les moyens humains  en engageant un travail de prospection pour trouver de nouveaux fournisseurs au Maroc ou en attirer d'ailleurs, selon ce responsable qui se félicite du partenariat avec la Fédération de l’industrie automobile, l’Amica. « Notre partenaire numéro un, c’est l’Amica qui est là pour nous aider à structurer et déployer tout cette plate-forme automobile à Tanger. C’est un point très positif », a-t-il souligné. « La chance du Maroc c’est que le ministre de l’Industrie a compris qu’il fallait être dans l'action. Il a poussé à ce que l’Amica, soit une structure  opérationnelle. Ce qui n’était pas le cas quand je suis arrivé au Maroc il y  deux ans », juge Jacques Prost.

In Maghreb Emergent

Vos commentaires :


Unable to save captcha-image.