Avec commentaire

Interviews

25/03/2012
Sefiane Hasnaoui, DG de Nissan Algérie
« Le salon d’Alger est un événement qu’il faut savoir préserver »

Propos recuellis par Lyès Ibalitène

En marge du salon de l’automobile d’Alger, Sefiane Hasnaoui, DG de Nissan Algérie, s’est aimablement prêté à une séance questions-réponses dans laquelle il nous livre ses impressions sur cette, manifestation, sur Nisan ou encore sur l’AC2A. Micro :

Nissan Algérie est connue pour sa fidélité au salon de l’automobile d’Alger. Ce qui signifie que vous avez toujours suivi le débat sur la nécessité de faire de cette manifestation un espace dédié exclusivement à l’exposition. Mais à constater l’engouement exceptionnel du public qui a marqué l’édition de cette année et à voir que tout le monde trouve son compte dans une manifestation qui , justement, puise sa raison d’être encore plus attractive dans ce caractère mi-foire, mi salon, ne pensez-vous que le débat évoqué n’a désormais plus lieu d’exister ?

D’abord, je tiens à vous remercier d’avoir soulevé un point important en rappelant que Nissan est fidèle au salon de l’automobile d’Alger. Etant l’une des toutes premières marques à avoir été introduites en Algérie, nous avons été à l’origine de ce salon en tant qu’acteur avec nos amis de la Safex qui nous ont permis d’être là où nous sommes aujourd’hui.
Nous avons donc eu le temps de voir évoluer une foire vers un salon international de l’automobile. Et quand je dis international, je n’utilise pas un qualificatif surestimé, dans le sens où ce salon a une dimension régionale aujourd’hui marquée et certaine. Quand on est dans le monde de l’automobile, on sait que les rendez-vous de nos voisins sont loin d’être à la hauteur du salon international d’Alger.

Ce standing, on le doit à plusieurs raisons. On le doit d’abord à la Safex qui nous donne l’opportunité de nous exprimer, on le doit aussi à un certain nombre d’ acteurs qui ont fait en sorte que le salon évolue, en multipliant les investissements, en introduisant de nouveaux modèles, en créant de l’envie et en faisant en sorte que ce rendez-vous devienne une référence aujourd’hui. On le doit bien-sûr au public qui, chaque année, est encore plus nombreux, et en famille, à se rendre au salon. Voilà ce qui caractérise avant toute autre considération le salon international de l’automobile d’Alger.

Quant à ce qui a trait à l’exposition, à l’acte commercial ou à d’autres opérations, je dirais qu’il s’agit, entre guillemets, de considérations secondaires. Le plus important étant qu’on ait un événement superbe, dans un bel écrin qu’il faut savoir préserver et faire perdurer. C’est cela le plus important.

Il faut aussi reconnaître que dans tous les salons du monde, les actes commerciaux existent. Des opérations de ventes et un salon ne sont pas opposables à mon sens. A condition, bien entendu, que certaines règles soient respectées, notamment en ce qui concerne la qualité de l’exposition. Il faut donner la priorité à l’exposition et non pas à des surfaces commerciales. Il faut faire en sorte que les nouveautés soient actives et qu’on ait chaque année un lot de surprises qui puissent caractériser cet événement, il faut qu’il y ait des animations qui nous permettent de valoriser le salon, que ce soit des animations qui portent sur des thèmes sérieux comme la sécurité routière ou des animations plus légères.

L’édition 2012 du salon d'Alger met en avant la prévention et la sécurité routière. Un thème totalement en harmonie avec la tendance chez Nissan…

Exactement ! La sécurité est un axe primordial, sinon l’axe primordial, chez Nissan. Le salon international de l’automobile d’Alger étant pour nous l’occasion de renouer avec le grand public et avec nos clients, nous en profitons pour rappeler notre engagement pour la sécurité à travers plusieurs initiatives dont la présentation de modèles dotés d’équipements de sécurité dès la finition de base.
Vous vous souvenez que l’année dernière, nous avions présenté la nouvelle Micra avec son offre dédiée à la sécurité, et aujourd’hui, c’est tour de la nouvelle Sunny de mettre en évidence tous les efforts consentis par Nissan au bénéfice de la sécurité et le confort.

Permettez-moi de souligner qu’avec la nouvelle Sunny, Nissan Algérie est le seul à proposer dans le segment une offre aussi complète, avec 4 airbags, l’ABS, l’EBD…et avec le meilleur rapport prestations-prix.

A travers les éditions de l’année dernière et de cette année, le salon d’Alger a également été l’occasion pour les visiteurs de faire connaissance avec l’hybride et l’électrique, à l’initiative de deux constructeurs. Ne pensez-vous pas que Nissan aurait pu être de la partie avec sa Leaf qui a été la première « voiture verte » à être élue Voiture de l’année en Europe, en 2011 ?

Je ne vous cacherai pas que nous avons pensé à ramener la Leaf au salon d’Alger pour la présenter au public et pour monter que Nissan est le précurseur en matière de voitures électriques de série, malheureusement nous avons eu des empêchements qui nous obligent à reporter cette arrivée pour l’année prochaine.

Donc, on peut d’ores et déjà annoncer la Nissan Leaf pour le salon d’Alger 2013…

Oui, la Leaf sera au prochain salon d’Alger

Il y a quelques années, Nissan Algérie se distinguait par ses caravanes qui sillonnaient l’Algérie pour aller à la rencontre de clients potentiels là où la marque n’était pas représentée. Ces caravanes n’existent quasiment plus aujourd’hui. Peut-on conclure qu’elles ont laissé place à un réseau qui avance ?

Effectivement, nous avons été amenés à reconsidérer notre démarche qui, comme vous le rappelez, était, entre autres, axée sur des caravanes de proximité. Notre réseau a encore grandi et compte aujourd’hui 40 agents agréés et 5 succursales à travers le territoire national. Tous ces acquis nous permettent d’être encore plus proche de nos clients aussi bien sur le registre de la vente que sur celui du service après-vente, en procurant à ces derniers des prestations dignes de la marque que nous représentons. Ceci n’est devenu possible que grâce à une ressource humaine qualifiée et apte à mettre son professionnalisme au profit de la clientèle.

Vous êtes vice-président de l’Association des concessionnaires automobile, une association qui a fait un bon bout de chemin dans la jeune histoire du marché de l’automobile en Algérie. Que pouvez dire dans cette étape importante qui consiste en la tenue prochaine de l’AG élective de l’AC2A ?

L’AC2A a beaucoup œuvré au profit du secteur qu’elle représente. Elle a œuvré pour la promotion de nos métiers, pour la promotion de nos collaborateurs, mais aussi pour accompagner le monde de l’automobile en Algérie. Et accompagner le monde de l’automobile, c’est œuvrer aux côtés des pouvoirs publics dans une industrialisation structurante, œuvrer pour lutter contre tous les effets des accidents de la route, œuvrer auprès des associations spécialisées pour promouvoir la sensibilisation à la sécurité routière. C’est aussi une obligation de formation professionnelle. On doit œuvrer auprès des écoles professionnelles pour motiver les jeunes d’aujourd’hui à rejoindre la filiale automobile en Algérie.

Chez Nissan Algérie, par exemple, nous comptons 300 collaborateurs et 1 000 autres auprès du réseau. Donc notre entreprise compte plus de 1 300 collaborateurs qui travaillent dans le domaine de l’automobile. Vous multipliez ce chiffre par le nombre de membres de l’association et vous verrez qu’on dépasse allègrement les 50 000 personnes qui travaillent pour l’automobile en Algérie, au sein de l’AC2A. C e sont ces personnes qui, aujourd’hui, ont une responsabilité vis-à-vis de leur environnement et en tant que citoyens.

Donc le vœu pieux de l’AC2A c’est de se voir être encore plus actif dans la défense de nos métiers et des métiers de ceux quinous permettent d'exister aujourd’hui.

Vos commentaires :


Unable to save captcha-image.